presqu'île de Giens

presqu'île de Giens

lundi 4 mai 2009

Vos fenêtres

Sous forme de photos, liens, textes, des fenêtres continuent de m'arriver par mail, venues de tous horizons. Voici les dernières : d'abord, celles de Sandra Hinège, qui m'a envoyé ces deux liens. Elle tient le site Ruelles dont je me sens très proche, tant pour l'idée du chemin que le rythme des phrases, le regard, le point de vue, le choix des termes (qui plus est, en ce moment, elle s'intéresse aux numéros 100 d'une rue : voilà forcément qui me parle !). A découvrir aussi la présentation qu'en fait Sébastien Rongier.



Reçu également cette photo de PdB prise rue Desnoyers, à Paris, que je considère comme un porte-bonheur, un grigri.







Julien Legrand, photographe, toulousain, m'envoie parfois lui aussi quelques fenêtres.







Ici Toulouse, donc






mais aussi Dixmude, en Belgique :












Des volets de couleurs en voici également de Paris grâce à Cécile Portier :

fenêtre de la rue Carducci, précise-t-elle (je découvre qu'elle est près de chez moi et que je ne l'ai jamais vue). Le bleu et rose m'évoque Rochefort et ses demoiselles, bien sûr : il y a dans la rue de l'école de Boubou deux fenêtres de ces couleurs-là, clin d'oeil des propriétaires au film de Jacques Demy.


Sommes attaché(e)s à ces repères fragiles que sont les fenêtres du trajet, n'est-ce pas ?

Toujours Paris, mais cette fois côté pavillon de l'Arsenal, grâce à Alain Pierrot :


(je la trouve très énigmatique)






Nous partageons, je crois, le goût des fenêtres rondes et il m'envoie aussi, prise à Richard Lenoir, cette photo de nuit :









Enfin Martine Sonnet "chasse sur mes terres", comme elle dit :



(verrière de gare du Nord, à qui ne le saurait pas)





Voilà. Réunion de fenêtres... Je clique sur "aperçu" dans Blogger et je regarde le résultat : surgit cette balade qui zigzague à différentes heures, a vos yeux : tout ce que j'aime et qui me touche, merci.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Sympathiques comme tout, toutes ces fenêtres (ainsi que le site "ruelles" d'ailleurs) et que tu penses à la fenêtre desnoyers comme à un grigri est tout à fait exact : celle qui est décorée appartient à une artiste qui aussi décore les "mobiliers urbains" : une petite armoire d'électricité, un petit bord de fenêtre etc etc.. c'est joli comme tout et mignon aussi et quand je lui en ai fait la remarque (je l'aime bien, bien que ne la connaissant que par ses oeuvres : c'est pour ça, peut-être justement), elle m'a montré sa fenêtre, "tu peux faire une photo si tu veux" me dit-elle (ni une ni deux elle m'a tutoyé) "c'est déjà fait" lui répondis-je tacautacquement et c'est ainsi qu'à la terrasse des folies on a ri... voilà l'histoire du grigri...

Anne a dit…

Est-ce qu'on peut voir ce qu'elle fait quelque part ? J'en connais une, de bellevilloise, qui s'occupe de mobilier urbain. Mais ce n'est pas forcément la même...
En tout cas cette histoire de grigri me plaît beaucoup !
A bientôt,
Anne

Anonyme a dit…

elle doit avoir un atelier, mais c'est dans la rue, ses petits bidule, juste au coin, puis un peu plus loin, tu verras si tu y passe, au coin à gauche en face du coin des folies... on verra aussi aux portes ouvertes, dans deux semaines si elle expose quelque part...