presqu'île de Giens

presqu'île de Giens

vendredi 22 août 2008

départ pour Gênes

Après trois semaines marseillaises à ne prendre pratiquement aucune note, mitrailler les rues et les fenêtres, renoncer ou quasi au blog à cause d'une connexion hasardeuse, croiser la lecture des Illusions perdues de Balzac avec l'Abécédaire de Deleuze (à l'intersection, un état des lieux de l'édition aussi incisif que peu réjouissant - mais Deleuze, optimiste sur les résistances à venir, redonne de l'espoir), oublier si possible les deux derniers livres écrits.
Demain, départ pour Gênes, Fenêtres de Manhattan de Munoz en poche. Sans connexion (ce que j'ignore encore), je pense reprendre ce blog quotidiennement à partir du 1er septembre, au moins jusqu'au 24. A très bientôt, donc.

Aucun commentaire: