Mandelieu

Mandelieu

mardi 30 septembre 2008

Entrez dans la chambre 315


quelque part en France, dans la maison d'un autre, et lisez ce texte dont voici un extrait :

"Je ne fais pas l’exercice d’imaginer quels gens là pour y vivre. Dans le fait qu’on remarque, qu’on photographie, qu’on mémorise, une très ambiguë projection : oui, soi-même sans doute qu’on vivrait là. Oui, sans doute, si on s’arrête sur celle-ci et pas sa voisine, c’est pour quelque affinité, qui nous renseigne sur nous-mêmes.

Ce n’est pas alors forcément la meilleure part de nous-mêmes qui surgit : mais elle inclut souvent des secrets : on reçoit du réel ces lieux transitionnels, pour venir s’y décrypter soi-même."

Bernard Guégan-Briaud, Chambre 315

Aucun commentaire: