Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

mercredi 22 octobre 2008

crossroads/4

(les crossroads, ce sont ces nouvelles que je donne des différents projets/manuscrits/livres publiés qui souvent se croisent : pour ceux que la petite cuisine interne intéresse)

Mouvement de fond cette année, le dédoublement. Plus encore : après avoir tiré, à l'hiver et au printemps dernier, 'til I'm dead (Cowboy Junkies : The Trinity session) de Franck encore en correction à l'époque ; après avoir proposé au 104, en août, un projet de trois livres sur les décors à écrire simultanément, voilà que depuis deux jours un nouveau texte arrive (truc court, une vingtaine de pages mais comment l'appeler ?). Il vient de Franck à nouveau, directement lié. Je sais très bien à qui il s'adresse, à qui je voudrais le faire lire ; il est écrit, et même enregistré. Mais il faut attendre qu'il se calme, s'éloigne, refroidisse pour avoir une idée de son poids. Si ça se trouve, rien, il faudra tout jeter, c'est le moment le plus fragile. Quoi qu'il en soit, ça fait deux ensemble de trois livres, l'un en chantier, l'autre terminé. Bon.

En attendant de savoir (cet automne c'est décidément ça : l'attente), j'attends la réponse finale du 104 ; j'attends les réponses pour Franck ; j'attends de voir ce que fera 'til I'm dead à ceux qui voudront bien le lire. Il y a des choses à mettre en mouvement, à secouer, en particulier pour les Fenêtres (un projet de lecture assez drôle), ça ne dépend que de soi. Et puis, comme je déteste attendre, commencé encore autre chose, un nouveau projet, seul, couplé à rien. Mais ce n'est pas toujours simple d'enclancher les choses dans son coin (dans ces cas-là on aimerait tout à coup jouer dans un groupe, faire partie d'une troupe...) (d'où le 104 aussi, en tout cas son fantasme).

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Et le verdict des bonnes âmes du 104 tombera avant Noël quand même ?
Bon courage...!
PdB

Anne a dit…

dans un mois m'ont-ils dit, et je n'ai plus rien d'autre à faire qu'à attendre (pas de grand oral, pas de danse d'envoûtement, rien !)
Quant aux chansons que j'écoute quand je suis malade, elles sont inavouables bien sûr...
Bonne journée (un soleil à la Woody Allen sur les quais cet après-midi, non?)
Anne

Anonyme a dit…

Pour le soleil, j'ai l'impression que oui, mais je bosse quand même ; dans la série gri-gri, tu as vu qu'on a interdit de vente un livret agrémenté d'une statuette représentant l'enflure de l'élysée,et aussi des épingles à piquer dedans ? C'est rigolo comme affaire, ça, non ?
PdB