Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

mercredi 12 mars 2014

Journal du Blanc #8

Aujourd'hui, tout ne s'est pas passé comme prévu.



























Au début, si. Je devais animer un atelier au lycée Pasteur et comme j'étais en avance, j'en ai profité pour photographier quelques fenêtres carrées, d'autres rondes. Nous avons travaillé sur Street view, reprendrons cela la semaine prochaine. 
C'est ensuite que ça s'est compliqué. Une histoire de cadenas et de chaîne, non totalement résolue d'ailleurs, a manqué m'enfermer dehors pour la nuit - si je n'avais pas eu l'idée de faire un tour en face, à l'angle 2 (c'est-à-dire Emmaüs, ouvert seulement le mercredi dans la semaine), je n'aurais pas remarqué que le portail pour accéder au logis avait été fermé à clé. Après la piscine où je comptais me rendre (ouverte seulement le mercredi dans la semaine) (et ceci par un autre portail, mais ce serait trop long à expliquer), j'en aurais été quitte pour.... pour quoi, exactement ? Escalader la grille du palais (bien trop haute, avec piques) ou, qui sait, demander l'hospitalité à la gendarmerie ?
Bref.
J'ai fait appel au palais. C'est ainsi que je l'ai visité.
J'ai pris des photos (je ne les montre pas c'est trop tôt), ai senti qu'il fallait écrire. C'était brusque, je suis rentrée.
Mon ordi, comme toujours, a mis des heures à s'ouvrir. C'est pourquoi














en attendant, j'ai noté des phrases dans le coloriage. 
(un nouveau)
(j'en ai encore d'autres, sous forme de sets de table)

Ensuite j'ai tenté la piscine, mais je me suis perdue (un peu), ai renoncé ; croisé une caserne qui semblait désertée sans l'être et au-delà, un hypermarché désaffecté, cerné de rubans Danger - Amiante. 
En revenant, je suis entrée dans la librairie du Blanc. On y vend un petit carnet des coloriages de l'exposition maintenant terminée (ceux que vous voyez ici, donc) pour la somme de 5 euros. Bien sûr je l'ai acheté, ainsi que deux cartes postales.

Ce qui donne pour aujourd'hui : 
- des fenêtres carrées et rondes
- les captures street view qu'on voudra
- une grille haute sur fond de rue
- cinq ou six rectangles, ou portes, photographiés au palais
- des phrases sur fond blanc
- un rectangle blanc entouré de rubans
- un rectangle carnet à colorier pendant les voyages
- deux rectangles cartes, montrant le viaduc

Demain, c'est journée complète d'atelier : je ne sais trop si je pourrai poster.
Quant à après-demain : c'est l'aventure ! 
(je tenterai de raconter)
Merci à Flavie, du palais, de son aide.
Et à bientôt...

1 commentaire:

gilda a dit…

C'est très rafraîchissant tes chroniques du Blanc à lire au retour du boulot - au demeurant fort agréable mais empreint de densité parisienne - et le retour en vélib à travers Levallois bétonné -.