Mandelieu

Mandelieu

lundi 10 mars 2014

Journal du Blanc #6

Hier, je n'étais pas au Blanc


































































mais à Marseille - d'où un arrêt brusque des photos à tendance carrées et rectangulaires dans ce journal ? Pas du tout.


















Ces papiers peints poncés (PPP) de Régis Perray, exposés à la galerie Gourvennec Ogor (située dans le quartier de la Joliette), nous entouraient, Delphine Bretesché et moi, tandis que nous lisions, elle Perséphone aux jardins de sainte Radegonde, récemment paru aux éditions Joca Seria, et moi le début des Anamarseilles, une variation pour Dita Kepler on ne peut moins carrée - c'est en tout cas ce que je pense. En voici les premières lignes (enfin pas vraiment, mais disons que oui) : 

Une gare, un train, une arrivée, une discussion, un emménagement : Dita Kepler dans la villa Marelle, c'est d'abord presque rien. A l'instant transformée en marches du perron sectionnées, par un figuier, à la racine, elle est fissure profonde, équilibre en attente.
On l'invite à entrer.
Pour grimper à l'étage, elle détache une tomette : l'escalier vient à elle.
Elle est clé qui tourne à l'envers, parquet à histoire, trois chambres.
Elle est spirale du sommier enroulée le long de la colonne, pont qui passe les voies.
Elle est surtout valise, livre qui pèse.
On l'invite à descendre.

Bon, laissons Dita pour l'instant dans la villa Marelle, revenons au Blanc, à nos habitudes prises.



















(c'est vrai, quoi)
Et pourtant c'est encore de DK qu'il va s'agir ici, en résidence, tandis qu'une immense fatigue post Décor Daguerre s'installe, refuse de me lâcher.














Ce qu'il faudrait, c'est être comme cette fenêtre de ma chambre, à Marseille : annoncer que le jour se lève, et c'est tout. Ne plus faire qu'une chose à la fois durant toute la semaine. Est-ce que ce sera possible ? On verra.
(cent tâches est-il écrit sur le set de table, vous avez vu ?)

*

Je compte pour ce lundi, au Blanc :
- les carrés blancs sur fond blanc des coloriages qu'il me reste à faire
- le rectangle blanc sur rectangle blanc de la BOX sur la table qui marche depuis tout à l'heure (OUI !)
- le rectangle bleu sur fond blanc du livre que je vais bientôt terminer (de lire) et dont il est possible que je reparle ici
- le rectangle bleu pâle de la fenêtre du logis

(le soir tombe, en effet)

Aucun commentaire: