Gary Winogrand, 1954

Gary Winogrand, 1954

jeudi 18 juillet 2013

Mes demoiselles #7

(feuilleton d'été paraissant plutôt en juillet)


Les Demoiselles en boucle et donc le générique, à nouveau : premières notes au soleil, il faut passer le fleuve, les chevaux s'impatientent. Odeur de paille, d’essence, kilomètres avalés et le tee-shirt qui colle au dossier dans le camion, ouf, voilà Rochefort. Ils se déploient, filles et garçons, en éveil, fourmis dans les jambes : les filles ont des airs de Gavroche, les garçons de premiers de la classe qui auraient appris la souplesse. Ils fument. Ils s’installent sans en avoir l’air. Sont venus bousculer la ville, lui vendre des motos, bateaux et lui prendre ses belles en lui lançant des confettis. Sur la place, des fanions de couleur conduisent à l’appartement des demoiselles encadré par des volets roses. Parquet ciré. Barre et murs blancs. Solange au piano, Delphine en justaucorps font répéter à dix filles un garçon le ballet de la kermesse.

Le bras, en cercle, la jambe, en rond, le dos, bien droit. Les petits rats s’en vont. Et voilà le travail. Terminé (en bas la vie s'impatiente).

A quoi servent les chevaux aperçu en première minute ? A rien. Ensuite ?

Aucun commentaire: