presqu'île de Giens

presqu'île de Giens

vendredi 26 novembre 2010

Crossroads/12

Cela fait des mois que je n'ai mis pas à jour cette rubrique où les textes se croisent.









(apparition de Franck au 104 : banc de la boutique Emmaüs)

Bien sûr, ce qui a pris toute la place, et continue de la prendre, c'est la parution de Franck chez Stock en septembre. M'a permis de me rendre à Brest, au Mans, à Paris, à Paris, bientôt à Paris à nouveau (le samedi 4 décembre après-midi, à Sciences Po) (au passage : on trouve sur ce lien une présentation de mon travail un peu hallucinée !), bientôt à la radio (guettez France Culture dans quelques temps...). J'irai à la Rochelle pour le Quai des lettres en janvier (le 24), en parlerai sûrement encore ailleurs, un projet au moins se prépare. Et la ville haute elle aussi me fait voyager : retourner dans chaque lieu pour prendre des photos c'est se rendre à côté, bien sûr, mais pas uniquement. Cette mise à jour, très fréquente, du site (tous les samedis pour la partie audio, deux à trois fois par semaine pour le journal, dont la publication se poursuit finalement en parallèle sur le blog de la librairie Dialogues) m'interdit de passer totalement, et trop vite, à autre chose - ce que je ne voudrais pas, de toute façon.









Quelquefois on a des surprises. Ainsi ce 103 ne m'appartient pas : c'est le numéro de l'immeuble squatté de Pernety, j'en suis presque sûre maintenant. Quant au 103 bis, projet de texte de trajet perpendiculaire à Fenêtres / Open space, il a commencé de s'incarner, un soir, à la librairie Texture, avec photos. Fenêtres va vivre une seconde vie, du reste, puisqu'avec Jean-Marc Montera nous proposerons à nouveau, le 21 janvier prochain à Montreuil, la lecture musicale que nous avions faite à Marseille en 2007 et que l'on peut écouter ici.












(Marseille, Bibliothèque départementale BDP, 2007)

Ce que je dois faire, pour l'instant, c'est m'occuper des oloé, qui devraient paraître en février prochain aux éditions D-Fiction : il faut écrire les inédits, réfléchir aux images, à la maquette... S'inspirer de Montreuil, aussi, ville qui va donc m'accueillir en résidence à partir de décembre dans la médiathèque Robert Desnos. Trouver le lieu idéal où lire où écrire à Montreuil ? Peut-être, qui sait ?












(Montreuil, chantier devant la médiathèque)

J'ai dans l'idée également d'y installer Dita Kepler, accueillie, elle, par Christophe Grossi ce mois-ci lors des Vases communicants. Si j'avais lu des passages de ce texte au 104 l'an dernier en public, je n'avais jusque là jamais voulu qu'on en voit une ligne...
J'aime beaucoup la recherche sur les corps et l'identité de Christophe, et le texte qu'il a placé ici m'est très proche. Il vient justement de le poster sur son site : prenez la 6 ou la 9, passez voir.









Lors des prochains vases co, vendredi prochain, j'échangerai avec Piero Cohen Hadria, voisin et ami, tel qu'il le dit pendant le week-end. Le lieu ? Entre Colonel Fabien et Belleville : le long de la 2, autrement dit, cette ligne que nous partageons et qu'il évoque régulièrement dans le Petit journal (entre autres) tandis que j'entame, au même endroit, une petite chronique de la nage.










(décor Alice au pays des merveilles de Tim Burton, Galeries Lafayette)

Il y a encore à Décor Lafayette, auquel se ré-atteler aussi (ça urge, même, me crient les grands magasins, quels qu'ils soient). A suivre, donc (je ne peux dire que ça...).

4 commentaires:

gilda a dit…

Écrire je sais pas, mais lire à Montreuil : sur les gradins du Centre Nautique Michel Thermos euh Maurice Thorez, en plus que là les douches pour prendre son shampoing et les séchoirs pour après sont le nec-plus ultra
(quoiqu'en dise le nageur fâché en commentaires par là :http://www.nageurs.com/fiches/piscine-montreuil.html )

Anonyme a dit…

Merci Anne de soigner mon ego ainsi : samedicinal. Mais avec ce que tu écris des "corps", obligé de continuer maintenant : c'est malin ;-) !
J'aime aussi cette façon que tu as de dire où tu en es et comprends ce besoin de l'inscrire là en ce moment.
Bien ri également sur le site de Sciences-Po ; je ne les savais pas amateurs de cut-up (ils ont des progrès à faire cependant).
Je t'embrasse.
PS : et si coup de mou à Montreuil tu sais où me trouver.
ChG

Anne a dit…

@gilda : sur nageurs.com ils sont souvent fâchés, j'ai déjà remarqué ;-) Mais je note tout cela (ai décidé que le début de ma résidence, ce serait mardi, la grande question étant : y aura-t-il du chauffage là où j'écrirai ?) (je parie que non)

Anne a dit…

@Christophe : eh oui, obligé de continuer, qu'est-ce que tu veux que je te dise ? ;-)
Pour Sciences Po j'ai pensé : champignons hallucinogènes ? LSD ? Bref, on verra ça le 4 ! (je croyais qu'ils étudiaient l'art de la synthèse ?)
Quant à Montreuil, merci de la proposition... Si pas de chauffage dans le "magasin à fiction" de la bib, me réfugierai sûrement au café (mais sans doute pas celui d'en face, à cause de la télé) (bref, tester les alentours, sans doute la première chose que je ferai !)
A bientôt