Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

Arras-en-Lavedan, le syndrome du caméléon, installation de Johan Parent

jeudi 22 janvier 2009

Comment fonctionne ce blog : récapitulons...

Il se trouve qu'aujourd'hui, à 16h50, deux radios de Suisse Romande vont évoquer durant quelques minutes Fenêtres open space, également cité sur Un blog un jour il y a une semaine. A ceux qui découvrent ce blog de l'une ou l'autre façon, bienvenue, donc ! Et quelques mots d'explication au passage, pour mieux comprendre ce que je fabrique ici depuis un an et demi...

Fenêtres / Open space est d'abord un livre, écrit en 2000-2001 sur l'une des lignes aériennes du métro parisien (la 2, Nation-dauphine), entre les stations Colonel Fabien et Barbès-Rochechouart. Il a été publié en 2007 aux éditions Le Mot et le reste, lesquelles sont marseillaises (d'où une légère tendance à voir revenir Marseille dans les notes du blog de temps à autres !). Au départ, j'ai ouvert ce blog pour accompagner la sortie du livre, y proposer des à-côté : notes de carnets, photographies, textes proches, citations d'auteurs, liens...

Puis un second livre est paru, toujours chez le même éditeur, en septembre dernier. Il s'agit de Cowboy Junkies / The trinity session, que j'appelle souvent ici par son sous-titre, 'til I'm dead, parce que je considère que c'est le vrai titre (le texte appartenant à une collection liée à la musique, l'éditeur m'a demandé de citer le groupe et l'album dont je parle dans le titre comme l'ont fait les autres auteurs, ce que je comprends du reste). Il s'est évidemment mis à prendre un peu de place : par la musique, par les lieux évoqués, une ou deux lectures à voix haute, les noms des chansons...
'til I'm dead
est par ailleurs en lien avec un autre texte, beaucoup plus long, Franck, à ce jour inédit (un extrait est cependant paru dans la revue d'Ici là), dont il m'arrive de parler ici aussi.

Dire encore qu'en ce moment j'entame une série de trois textes sur les décors dont voici une présentation ici. Cet "ici" est également le lieu où je me rends chaque jour, ou presque, ce qui devrait conduire à un livre supplémentaire... mais ça, on verra plus tard...

Et puis il y a les photos. Je ne sais pas "faire de la photo", ce qui ne m'empêche pas d'en faire, par pur plaisir, intérêt du cadrage surtout. J'en place beaucoup ici, davantage que de textes souvent, ce qui a sans doute fait croire à Un blog un jour que Fenêtres était un livre de photos (alors que non). Bien sûr, je m'intéresse surtout aux fenêtres, aux façades et, de façon plus générale, au quartier évoqué dans mon premier livre. Sauf en voyage, évidemment...

Justement, au fil des mois, des lecteurs du blog se sont mis à m'envoyer des photos de fenêtres d'un peu partout (on trouve une rubrique à ce sujet sur la droite). Il faut bien dire que j'adore ça, cette extension d'un quartier du XIXe arrondissement de Paris au monde entier : si vous voulez m'en envoyer, n'hésitez pas ! Mon e-mail est sur la droite, lui aussi.
Ce qui fonctionne pour l'image fonctionne d'ailleurs également pour le texte : mes fenêtres de Manhattan sont une citation de Molina, par exemple.

Les billets du blog sont aussi l'occasion de renvoyer vers le travail d'autres auteurs, d'autres blogueurs dont j'aime le travail. Parmi eux : le Tiers livre, L'Employée aux écritures, L'autofictif, Liminaire, le blog de KMS, remue.net, Désordre, les Remarques de Chloé Delaume...

De temps en temps, il m'arrive de raconter où j'en suis dans ces histoires de livres qui s'écrivent, se publient et surtout se croisent : ce sont les crossroads. On y trouve annoncé ce qui se prépare (s'il y a une lecture en librairie prévue, par exemple). Mais pour que ce soit plus clair, j'ai ajouté une nouvelle rubrique sur la droite : "en ce moment / à venir".

On trouve également à droite deux listes de liens, ce que je lis en ce moment, un diaporama des 500 premières photos placées sur le blog.

Et quelquefois, un feuilleton apparaît : compte à rebours d'un livre jusqu'à sa date de parution, (septembre 2008) évocation quotidienne, durant quinze jours, des livres qui ont compté depuis l'enfance...

Avant de finir, dire encore qu'il m'arrive souvent de renommer certaines choses : ainsi, ici, la maçonnerie concerne l'écriture ; les immeubles A et B représentent deux façades miroitantes qui se reflètent l'une dans l'autre à Colonel Fabien ; le 103 bis est le trajet qui me conduit au 104. ; le 5.5 le nom de mon bureau. Etc.

Bonne visite.

(dernière minute : l'interview est passée, on peut la réécouter sur le blog de la radio. Attention, ça ne dure pas longtemps !)

Aucun commentaire: