Mandelieu

Mandelieu

dimanche 12 juin 2011

Lire à voix haute


























Hier, à l'invitation des bibliothécaires de l'annexe Colonel Fabien à Montreuil (merci à Jocelyn et à Renata, en particulier, de leur accueil si chaleureux), je suis donc allée parler de mon travail à celles qui s'y réunissent une fois par mois et forment le club de lecture. 

















La batterie de mon appareil-photo est tombée en panne quasiment tout de suite, aussi je ne peux montrer les lieux à l'intérieur ; mais au rayon polars, sachez-le, on trouve un oloé parfait : fenêtre, silence, fauteuil à l'angle installé près des rayonnages.... bref.



















La rencontre a duré deux heures et fut un moment délicieux, de ceux dont on ressort remonté à bloc, se disant qu'il en faudrait un par semaine. Au programme : lecture, présentation de sites (celui-ci, La ville haute, mais également ceux des éditions D-Fiction et publie.net, la revue d'ici là, le petit journal du Tiers Livre...) puis discussion à propos de la résidence à Montreuil, du travail d'écriture, des liens que je tisse sans cesse d'un livre à l'autre, d'une page à l'autre, d'un site à un livre, d'une phrase à une photo, sans forcément qu'on s'en rende compte.

(Mais vous travaillez tout le temps, vous ne vous arrêtez jamais ! s'est exclamée une des lectrices. Ca ne faisait pas de mal de l'entendre, à vrai dire)

Comme souvent après une lecture, une des participantes m'a demandé pourquoi je n'enregistrais pas mes textes sur CD. Elle me disait que ce que j'écris lui avait paru difficile à lire, avant la rencontre, mais qu'après m'avoir entendue, son avis venait de changer. Elle aurait aimé m'entendre lire le livre entier. Je lui ai répondu qu'en ce qui concernait Franck, on pouvait d'ores et déjà en écouter la moitié sur le web. Mais il est vrai que le club de lecture ne regroupe pas d'internautes. Alors, comment faire ?

Je suis prête à aller partout où on veut bien m'accueillir pour lire à voix haute, encore et encore, ce que j'écris, parce que j'adore ça et qu'en effet, c'est une façon de faire découvrir mes livres à des gens qui n'y seraient pas venus et qu'ils peuvent toucher. Cependant, comment le faire savoir ?

En attendant de trouver une réponse, ci-dessous, quelques liens qui mènent aux enregistrements (audio ou vidéo) de mes lectures à voix haute...

Tout d'abord, la lecture de Fenêtres Open space réalisée avec le guitariste Jean-Marc Montera à Marseille :

    Get this widget |     Track details  | eSnips Social DNA    


Cowboy Junkies, The Trinity session : les 30 premières pages, mixées par Pierre Ménard sur radio marelle, suivies d'une courte interview

Cowboy Junkies : la page 48, toujours mixée par Pierre Ménard

Franck / Cowboy Junkies : lecture croisée avec Pierre Ménard 

L'oloé 6 filmé (devinez par qui...)

et à venir, certainement, d'autres lectures, parce que j'ai vraiment ça en tête, en ce moment.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

et ma pomme qui lit la page 48 de franck, on l'oublie alors ? (http://liminaire.fr/spip.php?article807)
faut tout faire, c'est dingue... (bises)

Anne a dit…

bah non, mais j'y pensais pour un autre post, à vrai dire (lire les autres / quand les autres vous lisent)
(mais de la nuit à finir avant)

ap a dit…

Bien calculé, le 807! chapeau…

Anne a dit…

ah oui, c'est vrai que c'est fort, je n'avais pas vu !

Anonyme a dit…

c'est beau comme de l'antique, ce 807... (j'avais pas vu non plus : une attention de pierre ménard je suppose)