Gary Winogrand, 1954

Gary Winogrand, 1954

dimanche 15 février 2015

Décor Daguerre #5
















L'épicerie c'est d'abord une immense variété de laits, écrémés, pasteurisés, stérilisés, longue conservation qui déroute la cliente venue de la campagne, parisienne seulement depuis les années 50. Devant elle, en retrait, trois vendeurs l'écoutent tandis que le patron, dans cet espace minuscule, tente de l'accommoder. Autour, tout est rond : les boites de camembert, de pâté, de haricots, les asperges en bocaux et les plats en conserve, les pots de crème et les rochers Suchard. Tout ce qui peut s'empiler s'empile, yaourts, flans et fromages de chèvre : on pourrait sans problème nourrir tout le quartier. Au nom qu'il propose en dernier recours, l'épicier, Gloria, on a déjà le goût du sucre en bouche (et que dire de ces laits en tube qui ressemblent à des dentifrices ?). Vous n'en avez pas de pas écrémé ?
La moutarde, les olives : les marques d'aujourd'hui s'y détectent au logo, sans avoir le temps de les lire. En arrêt sur l'image ce pourrait être 2013, là, devant nous, qui nous montre du quasi rien – excepté le crayon sur l'oreille du vendeur peut-être et la cigarette du client dont la fumée parfume, enveloppe les produits frais. 

*
=> 1975, 2013, rue Daguerre

Aucun commentaire: