Gary Winogrand, 1954

Gary Winogrand, 1954

mercredi 16 avril 2014

Journal du Blanc #14






































Au fur et à mesure, tandis que je tente de reprendre le fil de mon histoire d'île (ronde) et que je me promène dans la ville haute (du Blanc), il semblerait que les formes trop prononcées s'estompent. Les angles sont de moins en moins nets, je pars me promener pour comprendre ce que j'écris et au lieu de ça je fredonne La Chanson de la plus haute tour en grimpant et en descendant. 





















Je trouve un panneau qui indique : Arbre des métiers de la ville haute, ce qui pour moi résonne au moins trois fois. 
Par delà un muret je découvre un jardin en surplomb dans lequel je n'ose pas entrer tandis que la porte est ouverte. C'est celui, je m'en rends compte ensuite, de la maison de la ville haute que voici :














Non loin des losanges en forme de pétales














La tête trop pleine, trop vide, les deux, légèreté ou non on ne sait, je ne collecte rien, redescends ville basse.

Aucun commentaire: