Gary Winogrand, 1954

Gary Winogrand, 1954

vendredi 27 avril 2012

Cinq ans de Fenêtres















C'était donc il y a cinq ans jour pour jour : je décidais de créer un blog "autour" de Fenêtres / Open space, livre à peine paru, que je voulais accompagner. Non pas vraiment pour le rendre visible, le promouvoir lors de sa sortie (on ne peut pas dire qu'il m'ait fait gagner beaucoup d'argent !). Mais pour le suivre dans la durée, voir jusqu'où il me conduirait, comment il se débrouillerait. Garder une trace de ce qu'il m'offrirait de vie supplémentaire. 















Il m'a conduit à Marseille, où je vais retourner le mois prochain - grâce à lui, toujours. M'a permis alors de rencontrer Jean-Marc Montera, qui a mis ces Fenêtres en musique, opération renouvelée trois ans plus tard à Montreuil.



















M'a conduit à Montreuil, justement : l'idée de la résidence de l'an dernier est née à l'époque de sa parution.
Et à Sciences Po Paris, dans l'atelier de Pierre Ménard.
A Limoges, est parti sans moi, étudié à la fac de lettres.
S'est retrouvé dans la vitrine de la librairie Le Genre Urbain, à Belleville, l'an dernier, grâce à la paysagiste Sophie Barbaux.
Etc.
(pour un résumé des années 2000, voir ici)



 











Il m'a donné envie de créer ce blog, lequel, à son tour, m'a entraînée ailleurs que sur la ligne 2 (voyez la rubrique "fenêtres du monde entier").
































C'est pourquoi je remercie tous ceux qui, en cinq ans, ont visité ces pages, les ont commentées, m'ont envoyé des photos de fenêtres (dont des rondes), sont passés parce qu'ils cherchaient l'adresse de la librairie Longtemps, située en bas de chez moi (elle n'a pas de site : l'article qui la concerne est la star incontestée de ce blog !).
Ceux qui lisent les crossroads.
Ceux du RER C.
Ceux qui ont suivi la série des lectures d'enfance (elle commence ici).
Ceux qui viennent des vases co.
Ceux qui veulent du double-vitrage.
Ceux qui ont débarqué parce qu'ils étaient en quête : 
d'un résumé du Père Goriot (or non)
de cowboys à poil (pas plus)
de plages de nudistes (ah oui, voyez à Berlin)
de quelques images de Berlin, justement (série : Berlin I, II, III, IV, VBerlin dernière)
ou encore














d'infos sur les dix ans de remue.net, les orgues de Flandre, les tables qu'on sort du siège du TGV, la gare de l'Est, la gare du Nord (si dangereuse...), le métro Jourdain, Gravelines ou Boulogne.


















(sur Mer)
Merci à ceux qui ont tapé Je ne sais pas qui c'est, ont atterri ; ceux qui ont aimé le bazar de mon bureau ; celle qui, ancienne conductrice de la 2 et que je connaissais à seize ans, m'a fait voyager en RER A ; ceux qui ont suivi le montage/démontage de la villa Arpel en lisant mes posts ; les libraires des Buveurs d'encre qui à chaque sortie ont été présents. 















Tous ceux qui me soutiennent depuis cinq ans, ici ou ailleurs, à qui je dois tant. 

*
Photographies (dans l'ordre) :
vitrine de la rue La Fayette ; fenêtre de Marseille ; terrain vague de Montreuil ; fenêtre de Lisbonne (Piero Cohen Hadria) ; fenêtre du Luberon (Alain Pierrot) ; fenêtre de Bruxelles (Florence, de la bibliothèque de Montreuil) ; fenêtre avec ciel (de Christophe Grossi, dont je découvre ce matin la belle balade berlinoise) ; verrière d'Orsay ; fenêtre de Boulogne-sur-Mer ; coucher de soleil de Clichy-sous-Bois.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

kms marquait ses dix ans, toi tes 5, et n'empêche que les choses avancent... faire et continuer, avec grâce, tant mieux... Bravo je dis.

Anonyme a dit…

Autre anonyme a dit...
Bravo des 2 mains (et en croisant les doigts c'est pas facile...)

Anne a dit…

Ah, chers deux anonymes, merci, et je vous ai reconnus !
(anonyme 2 : toujours rien de neuf)(avant le 2 ou le 3 mai, à mon avis, il ne se passera pas grand chose...)
je vous embrasse