Gary Winogrand, 1954

Gary Winogrand, 1954

vendredi 4 mars 2011

Le souffle, par Franck Queyraud

Premier vendredi du mois, jour des vases communicants : Franck Queyraud et moi avons choisi de nous adonner à la contemplation. Voici son texte, tandis que le mien se trouve chez lui, accueilli en Flânerie quotidienne (balades, déambulations, errances, promenades, vadrouilles vous y attendent).




Epuiser le sens d’un mot à force de le répéter. Changer d’univers. Penser aux poissons clos dans le leur et qui ne voient pas l’horizon. Comment serions-nous si nous n’imaginions pas ce que nous voyons ? Regarder n’est pas voir. Ecouter n’est pas entendre. Souffler n’est pas jouer. Lire est une plongée en apnée dans les gouffres de l’intime. Sensible à la fêlure et s’asseoir sur un banc pour ne pas tomber. Contempler la mer et… 

Voir la mer. Imaginer des pas qui viennent et puis… sourire d’un coin de bouche à l’approche de la bien-aimée. Etre dérangé. S’apaiser. Sentir la curiosité pointer paradoxalement son petit nez camus. Inspirer. Expirer. Ne pas s’occuper de cette insupportable. Reprendre sa méditation sans la lucidité impliable. Mégère invitée avec ses mauvais airs. Pas de danse. Un et deux, et puis trois. Contempler le ciel et…

Voir le ciel.

Franck Queyraud



Les autres échanges du mois :

Candice Nguyen http://www.theoneshotmi.com/ et Christine Jeanney http://www.christinejeanney.fr
Juliette Mezenc http://www.motmaquis.net/ et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/
François Bon http://www.tierslivre.net/ et Guillaume Vissac


Michel Brosseau http://www.àchatperché.net/ et Jean-Marc Undriener http://entrenoir.blogspot.com/

1 commentaire:

Anonyme a dit…

écouter entendre voir le vent souffler (le vent, oui) et regarder entendre voir ouïr aux ciels les nuages (photo magnifique) (anne tu as bien fait pour celle que tu sais) (c'est fait pour ça, les photos) (pour qu'on se les prête) (comme on prête aussi l'oreille) oui, le vent, et lire... Beau(x) texte(s), merci vous deux...