arbre de l'île (ronde)

arbre de l'île (ronde)

mercredi 30 juin 2010

En couverture

Sur la photographie l'homme de dos, de nuit, s'abrite, c'est du moins ce que l'on peut croire à sa position sous le store, à ses épaules rentrées, au col relevé du manteau. Ou l'impression vient-elle d'une sorte de flou, décor de rue dont on ne sait s'il est de pluie, de brume ou simple projection d'une lumière très forte qui peut-être l'aveugle et dont la source à gauche est pour nous invisible.
(...)
Il a peut-être quelqu'un à battre, à tuer ?

"En couverture", Franck, pages 169-170

(la couverture d'un livre est elle aussi un lieu)

mardi 29 juin 2010

Fenêtre du théâtre du Châtelet

Hors écriture (mais est-ce si sûr ?), l'un des grands moments de cette année aura été pour moi ces trois matinées passées au Châtelet à suivre les répétitions d'un choeur d'élèves du XIXe arrondissement.

Métro, changer à Belleville, descendre à Châtelet, passer sous la place, attendre devant la porte.

Escaliers, méandres, se perdre, monter, descendre, se tromper, corbeille et balcons, arriver enfin (parquet ciré, miroir d'une salle donnant sur cette place). Poser ses affaires, s'asseoir dans un coin, écouter, regarder, les gestes, les conseils...

Là, fascinée par le chef de choeur, Scott Alan Prouty, sa précision, son exigence, un humour à froid, une autodérision constante : trois matins à rire, à quitter le théâtre en ayant envie de chanter, de danser, d'être heureux. Et une vraie modestie sur scène, découverte hier soir.

Elégance idéale, qui nous change tant... Merci.

mardi 22 juin 2010

(te suivre), d'ici là

Le numéro 5 de la revue d'ici là vient de paraître. On y trouve les textes de quarante-deux auteurs, pas moins - et il paraît que sur iPad la revue est encore plus belle. Pour la découvrir, l'acheter, en feuilleter les 25 premières pages, n'hésitez pas, c'est par ici.

Le mien, écrit lors d'un atelier de Pierre Ménard, s'intitule (te suivre). Il est secrètement lié à la gare de l'Est, l'un de ces "lieux" de Franck qui forment des chapitres. Enfin, ce n'est plus secret puisque j'en parle ici... En même temps, il est vrai qu'en septembre, quand le livre paraîtra, cet article aura rejoint la fosse à bitume. Le secret sera gardé à nouveau.

A moins qu'un lien, sous forme de nuage, ailleurs ou autrement, ne le révèle à nouveau ?

(dans la ville haute, par exemple ? J'y reviendrai)

lundi 21 juin 2010

Une échappée (dernier oloé de mélico)

Et voilà : le dernier oloé (espace élastique Où Lire Où Ecrire) paraît aujourd'hui sur mélico. Après une chaise-table, un banc de jardin, une chaise longue, une loge/bureau, une bibliothèque, un wagon de train, une scène de théâtre et quelques fauteuils de salle d'attente, une maison entière apparaît. Et pas n'importe laquelle : celle d'un collectionneur ayant eu pour amis, on s'en apercevra en feuilletant le livre d'or, quelques uns des plus grands artistes de son époque.
Justifier








Ceci est un oloé de luxe, hors temps, dans lequel tout s'harmonise.












Et auquel tout le monde a accès, c'est ainsi.









Grand merci aux membres de mélico pour leur accueil et leur soutien durant ces neuf mois. Les oloé sont nés de ce désir de travailler ensemble.
Nous n'en resteront pas là, d'ailleurs, puisque je vais en écrire trois cet été : ils s'ajouteront aux précédents et paraîtront à la rentrée sous une forme nouvelle, un livre électronique publié par les éditions D-Fiction.
Sur quoi va-t-on poser ses fesses, cette fois ?
On verra bien !

mardi 15 juin 2010

au Centre Cerise

Samedi soir, à 22h15, je lirai un extrait de Franck dans le cadre de la nuit remue.net à laquelle je participe pour la première fois.
Cette année, les "remueurs" ont tous invité un auteur à les rejoindre : merci donc vivement à Sébastien Rongier, qui m'a conviée et que l'on pourra entendre juste après moi. Tout le programme est consultable ici.
Les lectures auront lieu au Centre Cerise, 46 rue Montorgueil (dans le 2e, près des Halles), dans une salle que j'aime en particulier pour son plafond de fenêtres.
Ce sera un extrait que je n'ai encore jamais lu en public.

A samedi, peut-être ?

(la photographie est de Gilda Fiermonte)

samedi 12 juin 2010

par le sol














































Fin d'hiver ou début de printemps à Colonel Fabien, boulevard de La Villette. Photographier les bancs et l'absence de bancs, écrire sur qui s'assied par terre ou plutôt sur son sac depuis des mois, chercher ce qui n'y est plus (piquets anti-clochards, station-service) et tenter d'aller voir de haut ce boulevard qui mène à Belleville. Mais rien n'y fait : ça passe par le sol, la cime des arbres n'y peut rien.

samedi 5 juin 2010

du neuf

Franck, mon prochain livre, est à l'impression, le BAT a été signé il y a quelques jours, on pourrait croire que ça y est, enfin, il n'y a plus rien à faire qu'à attendre le 8 septembre, jour de sa sortie.
Pas du tout. Et le numérique, alors ?

Si je suis moins présente en ce moment sur ce blog, c'est que je suis en train d'en monter un autre, qui accompagnera la sortie de Franck. Il s'appellera Dans la ville haute, verra le jour en juillet (si tout va bien) et devrait devenir une sorte de livre audio puisque j'y lirai le texte en entier.

Pendant un an et trois mois, chaque semaine, je posterai en effet un billet contenant du son et des photos. Franck est écrit par lieux. On y trouve, plus exactement, 55 changements de lieux. Il y aura donc 55 billets, contenant en tout environ 200 fichiers son : à la fin, j'aurai lu tout le livre, soit dix heures d'écoute.

Dans la ville haute contiendra également un journal de publication qui sera publié simultanément sur le site (ou le blog, je ne sais pas encore) de la librairie Dialogues, située à Brest.

(je ne suis jamais allée à Brest, c'est encore mieux)

Pour l'instant, ici, on bidouille, fait des essais de son. Je commence à écrire pour la librairie, tiens évidemment mon journal. C'est drôle, je suis très heureuse de me dire que sur mon nouveau blog, il n'y aura pas de texte (sauf dans cet onglet "journal") : curieux, non ?

mercredi 2 juin 2010

Lignes croisées










Nous sommes nombreux à emprunter le pont Lafayette.
Parfois on s'y rencontre, à quelques mois d'écart.

(fichiers son :
lecture de Franck à Château-Landon, sur l'invitation de Pierre Ménard lors de la soirée "d'Ici là"
Les lignes du désir, deuxième épisode, un feuilleton de Pierre Ménard à écouter cette semaine sur France Culture dans Les Passagers de la nuit)

mardi 1 juin 2010

RESF Bolivar : ouverture du blog

Le groupe RESF Bolivar (Paris 19e, quartier Jaurès-Bolivar-Colonel Fabien) a son blog depuis hier. En voici l'adresse.

(Canal de l'Ourcq, photographie de Thierry Laprévote)